Mémoires Croisées

Les camps d’internement de Beaune-La-Rolande et Pithiviers

Beaune-la-Rolande et Pithiviers

Région centre Val de loire

 Dans ces deux camps furent internés plus de 16 000 Juifs avant leur déportation et leur assassinat  à Auschwitz, parmi eux 4 700 enfants.

 

Le 14 mai 1941, plus de 3 700 hommes, juifs étrangers dans leur très grande majorité, sont arrêtés sous prétexte « d’examen de situation », lors de la dite « rafle du Billet Vert ». Ces hommes sont internés dans les deux camps de Pithiviers et Beaune-la-Rolande, premiers camps d’internement de personnes juives ouverts en France. Leurs conditions de vie sont difficiles et précaires. Plus d’un après, fin juin, début juillet 1942, ils sont déportés directement vers le camp d’Auschwitz.

Les 16 et 17 juillet 1942, à Paris et dans la région parisienne, plus de 13 000 personnes, dont 4000 enfants, la plupart de nationalité française, sont arrêtées à leur domicile par la police française. 8000 d’entre elles sont parquées au Vel d’Hiv, puis, dans leur grande majorité, transférées à Pithiviers et à Beaune-la-Rolande. Ce sont essentiellement des mères et leurs enfants. Tout manque: nourriture, vêtements, couvertures, médicaments…

À partir de fin juillet 1942, les mères sont violemment séparées de leurs jeunes enfants et déportées avec les adolescents, qui partent directement des gares de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers pour le camp d’Auschwitz. Les enfants restent seuls, livrés à eux-mêmes, dans une détresse physique et morale absolue.

À la fin du mois d’août, à la demande du gouvernement de Vichy, ils sont à leur tour déportés, via Drancy, à Auschwitz. Ils sont tous gazés dès leur arrivée.

Ces deux camps ont ainsi joué un rôle primordial dans l’organisation de la Shoah en France.


Aujourd’hui, le Cercil, Musée-Mémorial des enfants du Vel d’hiv organise des visites tous publics et scolaires sur les traces des deux anciens camps. Les baraques des deux camps ont été démontées à la fin des années 40. Les gares et les voies de chemin de fer sont en revanche préservées, ainsi que l’infirmerie du camp de Pithiviers.

Des monuments construits dans l’immédiat après-guerre rappellent la mémoire de ceux qui ont été internés et assassinés à Auschwitz. Trois tombes collectives se trouvent dans le cimetière de Beaune-la-Rolande. Enfin des stèles rappelant le nom de ceux qui ont été déportés directement depuis les gares de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande ont été installées.

Une plaque commémorative a été apposée sur la façade des anciennes gares de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers où 8 trains sont partis directement pour Auschwitz. 

L’ancienne gare de Pithiviers est en travaux, inauguration du lieu de mémoire prévue fin 2020-début 2021.

 
Contacts - infos pratiques

Cercil, Musée-Mémorial des enfants du Vel d’hiv

45 rue du Bourdon Blanc

45 000 Orléans

Tél : +33 (0)2 38 42 03 91

Courriel : accueil.cercil@memorialdelashoah.org ; mediationpedagogique@memorialdelashoah.org

 

Camp de Pithiviers :

Stèles au Square Max Jacob, rue de l’ancien camp, 45 300 Pithiviers

Gare à l’extrémité de l’avenue de la République, 45 300 Pithiviers

Une Table numérique interactive destinée à raconter l’histoire des camps à travers des témoignages est installée à l’Office de tourisme de Pithiviers : 1 Mail Ouest, 45 300 Pithiviers, Tél. +33 (0)2 38 30 50 02

Camp de Beaune-la-Rolande :

Rue des Déportés, 45 340 Beaune-la-Rolande

Gare rue de Batilly