Mémoires Croisées

Les camps de Monts, Douadic et Lamotte Beuvron

Monts, Douadic et Lamotte-Beuvron

Région centre Val de loire

 D’abord camp de prisonnier pour les Allemands en 1939-40, puis pour les réfugiés français et étrangers arrivant de la zone occupée, et ensuite en 1941, pour les Espagnols et les Juifs polonais, le camp de Douadic, dans l’Indre devient en 1942, un camp d’internement : les personnes juives (notamment raflées à la ligne de démarcation, dont la plupart sont des femmes, des enfants ou des vieillards) sont dirigées ensuite vers le camp de Nexon (dans le Limousin), puis de Rivesaltes (dans les Pyrénées-Orientales) et enfin en Allemagne, où elles seront dans leur presque-totalité assassinées à Auschwitz-Birkenau.

 

Dès septembre 1940, la Gestapo utilise le camp de la Lande à Monts, dans l’Indre-et-Loire, pour y interner des personnes juives et des étrangers. En octobre 1941, il est clôturé de fils barbelés : les personnes juives sont ensuite dirigées sur Angers avant d’être déportées. En septembre 1942, 422 personnes sont déportées à Auschwitz via Drancy : il n’y eut que 14 survivants ! En octobre 1942, des femmes syndicalistes, militantes ou épouses de militant communistes, résistantes, y sont internées. Il sera fermé en 1944.

 

Dans le camp du Sanatorium des Pins de Lamotte-Beuvron, dans le Loir-et-Cher, 105 personnes juives ont été internées en 1942, puis transférées à Pithiviers le 27 juillet 1942 et déportées à Auschwitz-Birkenau.


 

Contacts - infos pratiques