Mémoires Croisées

Comment commémorer la Shoah quand on a 17 ans? – Janvier 2020

Pendant trois jours, et dans le cadre du programme « Mémoires croisées/ Sich Erinnern », des lycéens de plusieurs établissements de la région sont allés à la rencontre de leurs camarades allemands à Halle (Saxe-Anhald) pour créer leur propre chemin du souvenir. Sur les traces, notamment, des Stolpersteine. Reportage.

Du 25 au 27 janvier 2020, dans le cadre du programme « Mémoires croisées/ Sich Erinnern », des élèves de plusieurs établissements scolaires de la Région Centre-Val de Loire se sont rendus à Halle, dans le Land de Saxe-Anhalt, pour s’interroger, notamment, avec des camarades allemands du même âge, sur la manière dont on peut aujourd’hui se souvenir des victimes de la Shoah et donner vie au devoir de mémoire. Avec la disparition des derniers témoins de la barbarie nazie, il est primordial que les jeunes générations deviennent actrices elles-mêmes des actes de commémoration et qu’elles puissent imaginer, concevoir et réaliser de nouveaux chemins du souvenir.

 

« Comment, à partir de documents historiques qu’ils vont découvrir, chacun va pouvoir faire émerger sa propre parole de commémoration ? », Christophe Losfeld

 

« Pendant trois jours, les élèves français et allemands ont cherché une manière de commémorer des destins individuels puis d’accéder à la commémoration d’un destin collectif », explique Christophe Losfeld, professeur agrégé d’allemand, chercheur au Centre interdisciplinaire de Recherche sur les Lumières en Europe, et chef d’orchestre pédagogique de ces rencontres. « Nous avons conçu le travail de la manière suivante : comment, à partir de documents historiques qu’ils vont découvrir, chacun va pouvoir faire émerger sa propre parole de commémoration ? Comment, à partir de la commémoration d’un destin individuel à caractère exemplaire, on peut passer à une compréhension collective. Il est essentiel, à nos yeux, que les élèves conçoivent  eux- mêmes leur mode de commémoration et ne soient pas des figurants du travail des adultes. Les adultes donnent un cadre et les élèves animent eux-mêmes ce cadre », poursuit Christophe Losfeld.

(suite…)

Séminaire d’enseignants à Wittenberg et Dessau, octobre 2019.

Du 16 au 20 octobre 2019, sept enseignants de la région Centre se sont rendus dans le Land Saxe-Anhalt pour un séminaire.

Le comité de pilotage franco-allemand à Wittenberg.

Les membres du comité de pilotage franco-allemand se sont retrouvés à Wittenberg. Ils ont visité les différents sites historiques de la ville  (l’atelier de Cranach, l’église de la Toussaint et l’église Sainte-Marie, la maison de Mélanchton et celle de Luther), mais aussi le panorama Besuch de Yadegar Asisi « Luther 1517 ». Le Bauhaus étant la thématique à développer pour les projets pédagogiques de 2020, une visite des bâtiments, quartiers et école du Bauhaus ainsi que du Bauhausmuseums a été organisée à Dessau. Les membres du comité de pilotage ont suivi une conférence sur l’histoire et la mémoire du Bauhaus par Regina Bittner, directrice adjointe de la Fondation du Bauhaus. Les réunions de travail ont permis de déterminer les priorités à donner pour la finalisation des projets 2019 ainsi que les futurs projets 2020.

Visites à Dessau. (Montage Sandrine Henry)

 

Séminaire franco-allemand, 25-28 janvier 2019

50 jeunes allemands et français, collégiens et lycéens (lycées généraux et professionnels),  se sont réunis dans le Loiret pour réfléchir, échanger sur les enjeux de la transmission de la mémoire de la Shoah.

3 temps forts ont jalonné cette rencontre :

 L’acte de commémorer (sa pertinence, ses réalisations)  a été le  thème central des échanges enrichis par les témoignages de Lisette Jovignot, enfant cachée pendant la guerre puis d’Arlette Testyler, auteure de « Les enfants aussi ! ».

 L’inauguration, au CERCIL, de l’exposition des photographies d’élèves « Photographier contre l’oubli » ainsi que la présentation du  film documentaire allemand sur les enfants cachés « Stille Retter-sauvé par les Justes » contribuent à la réflexion. Les deux  commissaires de l’exposition Christian Gattinoni et Nancy Jahns ont encadré 4 classes de la région Centre-Val de Loire, dans le cadre d’un workshop.

La commémoration franco-allemande s’est déroulée, sous l’égide du lycée professionnel Jean de la Taille, au square Max Jacob, en présence de la sous-préfète N.Monteuil. Elle fut l’occasion d’un hommage à Simone Veil avec des lectures croisées de textes en français puis en allemand, de chansons Never again (création originale d’un jeune allemand) et du Chant de Pithiviers (d’I.Cendorf et M.Zemelman). 

Pour clore la journée commémorative, un public nombreux, composé d’élèves de CM2, d’habitants de la ville, de la délégation franco-allemande, s’est retrouvé devant la gare. Il a formé «  un chemin de lumière » jusqu’à l’entrée de l’ancien camp d’internement.Sur le court parcours des lettres d’enfants internés, déportés ont été lues.8 banderoles ont été dévoilées relatant l’arrivée des hommes internés, la vie dans les baraquements ou encore la présence des enfants  dans le camp, avant la déportation… Afin de  mieux comprendre le passé pour éclairer l’avenir, le public a été invité à rédiger des messages d’espoir.

(Auteure : Christelle Passigny)

Séminaire franco-allemand – janvier 2018

commémoration journée du souvenir janvier 2018; élèves franco-allemands, mémoire

40 élèves français et allemands devant le Parlement du Land de Saxe-Anhalt, pour les commémorations de la journée du souvenir des victimes du National-socialisme, le 27 janvier 2018.

 

Commémoration en mémoire des victimes de la Shoah le 27 janvier 2018 à Magdeburg (Saxe-Anhalt) : l’expérience de quarante élèves français et allemands

Du jeudi 25 au samedi 27 janvier 2018, 21 élèves français venant de collèges, lycées généraux, professionnels et agricoles de la Région Centre-Val de Loire et 19 élèves allemands du Land de Saxe-Anhalt, accompagnés par leurs professeurs, se sont rencontrés pour réfléchir sur le sens des commémorations des génocides des Juifs et des Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale.
Cette expérience a pu avoir lieu grâce au partenariat existant entre les deux régions depuis cinq années, qui permet des échanges entre professeurs et élèves français et allemands, sur la connaissance des génocides et leur prévention, encadrés par le Cercil-Musée mémorial des enfants du Vel d’Hiv.

Les élèves ont entamé des échanges au cours d’ateliers approfondissant leurs connaissances des génocides (travail sur des destins individuels avec des exemples de Saxe-Anhalt et des camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande, visite du mémorial de Bernburg qui fut un des lieux de l’Aktion T4 d’euthanasie des malades mentaux allemands en 1941, rencontre avec un photographe allemand ayant travaillé avec des survivants), leur réflexion sur l’Histoire et les modalités de sa transmission. Ils ont aussi préparé les actions de commémoration du 27 janvier.

 

Cette journée du 27 janvier fut riche en réflexion et recueillement, à l’écoute de poèmes, de récits de vie de disparus devant les « pierres d’achoppement » rappelant leur vie à Magdeburg, ponctués de morceaux de musique joués par des élèves, de dépôts de fleurs et de minutes de silence. Ces moments solennels se sont poursuivis au Parlement du Land où était organisée une cérémonie officielle en souvenir des génocides. Là aussi, Histoire et mémoire se sont côtoyées pour faire progresser les élèves français et allemands dans la connaissance du passé, dans une approche multiculturelle placée sous les auspices de l’amitié.

(Auteure : Christine Blet)

Page 2 sur 5
1 2 3 4 5