Mémoires Croisées

Séminaire d’enseignants à Wittenberg et Dessau, octobre 2019.

Du 16 au 20 octobre 2019, sept enseignants de la région Centre se sont rendus dans le Land Saxe-Anhalt pour un séminaire.

Le comité de pilotage franco-allemand à Wittenberg.

Les membres du comité de pilotage franco-allemand se sont retrouvés à Wittenberg. Ils ont visité les différents sites historiques de la ville  (l’atelier de Cranach, l’église de la Toussaint et l’église Sainte-Marie, la maison de Mélanchton et celle de Luther), mais aussi le panorama Besuch de Yadegar Asisi « Luther 1517 ». Le Bauhaus étant la thématique à développer pour les projets pédagogiques de 2020, une visite des bâtiments, quartiers et école du Bauhaus ainsi que du Bauhausmuseums a été organisée à Dessau. Les membres du comité de pilotage ont suivi une conférence sur l’histoire et la mémoire du Bauhaus par Regina Bittner, directrice adjointe de la Fondation du Bauhaus. Les réunions de travail ont permis de déterminer les priorités à donner pour la finalisation des projets 2019 ainsi que les futurs projets 2020.

Visites à Dessau. (Montage Sandrine Henry)

 

Séminaire franco-allemand, 25-28 janvier 2019

50 jeunes allemands et français, collégiens et lycéens (lycées généraux et professionnels),  se sont réunis dans le Loiret pour réfléchir, échanger sur les enjeux de la transmission de la mémoire de la Shoah.

3 temps forts ont jalonné cette rencontre :

 L’acte de commémorer (sa pertinence, ses réalisations)  a été le  thème central des échanges enrichis par les témoignages de Lisette Jovignot, enfant cachée pendant la guerre puis d’Arlette Testyler, auteure de « Les enfants aussi ! ».

 L’inauguration, au CERCIL, de l’exposition des photographies d’élèves « Photographier contre l’oubli » ainsi que la présentation du  film documentaire allemand sur les enfants cachés « Stille Retter-sauvé par les Justes » contribuent à la réflexion. Les deux  commissaires de l’exposition Christian Gattinoni et Nancy Jahns ont encadré 4 classes de la région Centre-Val de Loire, dans le cadre d’un workshop.

La commémoration franco-allemande s’est déroulée, sous l’égide du lycée professionnel Jean de la Taille, au square Max Jacob, en présence de la sous-préfète N.Monteuil. Elle fut l’occasion d’un hommage à Simone Veil avec des lectures croisées de textes en français puis en allemand, de chansons Never again (création originale d’un jeune allemand) et du Chant de Pithiviers (d’I.Cendorf et M.Zemelman). 

Pour clore la journée commémorative, un public nombreux, composé d’élèves de CM2, d’habitants de la ville, de la délégation franco-allemande, s’est retrouvé devant la gare. Il a formé «  un chemin de lumière » jusqu’à l’entrée de l’ancien camp d’internement.Sur le court parcours des lettres d’enfants internés, déportés ont été lues.8 banderoles ont été dévoilées relatant l’arrivée des hommes internés, la vie dans les baraquements ou encore la présence des enfants  dans le camp, avant la déportation… Afin de  mieux comprendre le passé pour éclairer l’avenir, le public a été invité à rédiger des messages d’espoir.

(Auteure : Christelle Passigny)

Séminaire franco-allemand – janvier 2018

commémoration journée du souvenir janvier 2018; élèves franco-allemands, mémoire

40 élèves français et allemands devant le Parlement du Land de Saxe-Anhalt, pour les commémorations de la journée du souvenir des victimes du National-socialisme, le 27 janvier 2018.

 

Commémoration en mémoire des victimes de la Shoah le 27 janvier 2018 à Magdeburg (Saxe-Anhalt) : l’expérience de quarante élèves français et allemands

Du jeudi 25 au samedi 27 janvier 2018, 21 élèves français venant de collèges, lycées généraux, professionnels et agricoles de la Région Centre-Val de Loire et 19 élèves allemands du Land de Saxe-Anhalt, accompagnés par leurs professeurs, se sont rencontrés pour réfléchir sur le sens des commémorations des génocides des Juifs et des Tsiganes pendant la Seconde Guerre mondiale.
Cette expérience a pu avoir lieu grâce au partenariat existant entre les deux régions depuis cinq années, qui permet des échanges entre professeurs et élèves français et allemands, sur la connaissance des génocides et leur prévention, encadrés par le Cercil-Musée mémorial des enfants du Vel d’Hiv.

Les élèves ont entamé des échanges au cours d’ateliers approfondissant leurs connaissances des génocides (travail sur des destins individuels avec des exemples de Saxe-Anhalt et des camps de Pithiviers et de Beaune-la-Rolande, visite du mémorial de Bernburg qui fut un des lieux de l’Aktion T4 d’euthanasie des malades mentaux allemands en 1941, rencontre avec un photographe allemand ayant travaillé avec des survivants), leur réflexion sur l’Histoire et les modalités de sa transmission. Ils ont aussi préparé les actions de commémoration du 27 janvier.

 

Cette journée du 27 janvier fut riche en réflexion et recueillement, à l’écoute de poèmes, de récits de vie de disparus devant les « pierres d’achoppement » rappelant leur vie à Magdeburg, ponctués de morceaux de musique joués par des élèves, de dépôts de fleurs et de minutes de silence. Ces moments solennels se sont poursuivis au Parlement du Land où était organisée une cérémonie officielle en souvenir des génocides. Là aussi, Histoire et mémoire se sont côtoyées pour faire progresser les élèves français et allemands dans la connaissance du passé, dans une approche multiculturelle placée sous les auspices de l’amitié.

(Auteure : Christine Blet)

Un voyage franco-allemand sur les traces de la Shoah

Du 1er au 9 avril 2017, des élèves du lycée de Pithiviers dans le Loiret et de 3 gymnasiums du Land de Saxe-Anhalt (Dessau, Magdebourg et Schönebeck) ont réalisé un voyage en Allemagne et en Pologne sur les traces de la Shoah. Ce projet était soutenu par la Fondation pour la mémoire de la Shoah, la Région Centre-Val de Loire, le Land de Saxe-Anhalt, l’OFAJ et le CERCIL Musée-Mémorial des enfants du Vel d’Hiv. L’article proposé ci-dessous vise à présenter le projet dans sa globalité, ses origines, ses objectifs, son déroulement mais aussi d’en proposer un 1er bilan, notamment dans le cadre de l’enseignement de la Shoah dans les 2 pays.

 

Origines et objectifs

Le projet s’inscrit dans le programme « Mémoires croisées » afin de confronter l’enseignement de la Shoah en France et en Allemagne. Les objectifs de ce projet étaient, pour certains communs à tous les élèves, pour d’autres spécifiques.

Lycéens français

  • Poursuivre le travail d’histoire sur la notion de mémoire et compléter leur chapitre sur « l’historien et les mémoires de la Seconde Guerre mondiale ».
  • Travail en éducation morale et civique sur le thème « biologie, éthique, société et environnement » en travaillant sur le rôle du corps médical dans l’Action T4 et, plus largement, sur la citoyenneté européenne.
  • Faire progresser les élèves dans la pratique des langues vivantes, en l’occurrence ici l’anglais (la classe n’étant pas germaniste) : dans le programme de terminale, le travail sur la Shoah s’inscrit dans l’entrée « Gestes fondateurs et mondes en mouvement » au travers des notions « Lieux et Formes du Pouvoir » et « Espaces et Echanges » et du prisme des domaines de l’histoire-géographie et des croyances et représentations.
  • Participer à l’éducation à la citoyenneté par une réflexion sur la mémoire mais aussi sur l’image.

Lycéens allemands

  • Die historischen Arbeitstechniken sollen ausgebaut werden und die Gedächtnisgeschichte für den Zeitraum 1933 bis 1945 gefestigt werden.
  • Die Moralerziehung und die Fachkenntnisse in den Bereichen Biologie, Ethik, Sozialkunde sollen vertieft werden, indem sich die Schüler mit der Aktion T4 und den Auswirkungen auf die europäische Bevölkerung beschäftigen.
  • Die Schüler sollen ihre Sprachkenntnisse erweitern (für die französischen Schüler englisch, für die deutschen Schüler französisch und englisch). Die den Lehrplänen beider Länder ist das Thema „Shoa“ für die 12. Klasse vorgesehen.
  • Die Reise soll dazu beitragen, die Schüler in ihrem Demokratieverständnis zu stärken. Darüber hinaus soll auch das Selbst- und Fremdbild ihrer Nation durch die Bearbeitung der Geschichte des Nationalsozialismus wahrgenommen und im Sinne einer europäischen Friedensprozesses erweitert und so auch die deutsch-französische Freundschaft gestärkt werden.

Participer à l’émergence d’une conscience européenne, d’une citoyenneté européenne par les échanges entre élèves et avec les jeunes Polonais et ouvrir les élèves par les échanges avec d’autres lycéens européens et par la découverte d’autres pays.

Déroulement

L’idée de départ, pour travailler sur les différentes mémoires et les différentes mises en mémoire, était d’aller par étapes, depuis les origines et étapes préparatoires de la Shoah, jusqu’à la mise en œuvre après avoir été sur les lieux de décisions :

Avant le voyage, les élèves de Pithiviers ont travaillé un certain nombre de points ; l’objectif était qu’ils partent avec des connaissances historiques sur les lieux visités et ce qui s’y était passé afin de pouvoir plus facilement sur place travailler et s’interroger sur les processus de mémoralisation par l’observation de la scénographie, des monuments etc…

 
[smartslider3 slider=2]
Page 1 sur 3
1 2 3